Cuisinier apprentie cherche restaurant (La Madeleine)

Bonjour,
je suis a la recherche d’un patron pour mon contrat d’apprentissage en CAP cuisine au lycée Michel Servet à Lille
J’ai 15 ans et depuis tout petit j’aime le métier de cuisinier , préparer de bon plat pour ma famille .
J’ai toujours voulu en faire mon métier dans un vrai restaurant .
Le salaire est de 25% du Smic en sachant que 1/2 je suis au lycée .
Je peut commencer au plus vite .
Le contrat d’apprentissage
Embaucher un apprenti, c’est former un professionnel et assurer l’avenir de l’entreprise en transmettant des savoir-faire. Pôle emploi aide à recruter les jeunes dont le profil est le plus adapté au poste à pourvoir. L’Etat apporte une aide financière.
Qui est concerné ?
* Toutes les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ou associatif ainsi que celles du secteur public non industriel et non commercial.
* les jeunes de 16 à moins de 26 ans ayant satisfait à l’obligation scolaire et désirant acquérir une qualification en formation professionnelle alternée. Leur inscription comme demandeur d’emploi n’est pas obligatoire.
* les personnes âgées de moins de 16 ans ou de plus de 26 ans, jusqu’à 30 ans ou sans limite d’âge réunissant des conditions particulières (travailleurs handicapés, ou adultes souhaitant faire un contrat d’apprentissage faisant suite à un précédent contrat du même type, …) et porteuses d’un projet de création ou de reprise d’entreprise.
Quelles obligations ?
* Conclure avec l’apprenti un contrat de travail de type particulier (de un à trois ans selon la durée du cycle de formation) et lui verser une rémunération dont le montant minimum varie de 25 à 78 % du SMIC en fonction de son âge et de la progression du jeune dans l’apprentissage.
* inscrire l’apprenti dans un CFA dispensant la formation lui permettant d’acquérir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique du second degré ou du supérieur, ou un titre d’ingénieur, ou un titre répertorié.
* veiller à son assiduité au CFA.
* assurer la formation pratique dans l’entreprise (suivant la progression arrêtée avec le CFA).
* inscrire l’apprenti à l’examen prévu et le faire participer aux épreuves.
Quels avantages pour l’entreprise?
* Une indemnité compensatrice forfaitaire versée par la région qui en détermine le montant (minimum 1 000 € par an).
* la gratuité de la formation : la formation d’un apprenti en CFA n’entraîne aucun coût supplémentaire pour l’entreprise, les dépenses de fonctionnement étant financées par la taxe d’apprentissage et par le conseil régional.
* un crédit d’impôt de 1600 € et de 2200 € pour un apprenti reconnu travailleur handicapé ou bénéficiaire d’un accompagnement renforcé dans le cadre du CIVIS.
* une exonération des cotisations sociales :
– pour les employeurs inscrits au répertoire des métiers (artisans), ou dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, au registre des entreprises et les employeurs ayant date de conclusion du contrat (les apprentis non compris) : l’exonération porte sur la totalité des cotisations patronales (à l’exclusion de celles dues aux accidents du travail et des maladies professionnelles) et salariales d’origine légale et conventionnelle imposées par la loi.
– pour les autres entreprises : prise en charge par l’Etat des cotisations des assurances sociales, des accidents du travail et des allocations familiales dues par l’employeur au titre des salaires versés aux apprentis (à l’exception des cotisations d’accidents du travail dues au titre des salaires versés aux apprentis) ainsi que des cotisations sociales salariales d’origine légale et conventionnelle imposées par la loi au titre des salaires versés aux apprentis. Les cotisations restant dues sont calculées sur une base forfaitaire.
Quelles démarches ?
Effectuer la déclaration légale lors de l’enregistrement du premier contrat d’apprentissage.
Quels interlocuteurs ?
* Votre conseiller Pôle emploi vous aide à sélectionner les candidats et à conclure le contrat.
* L’organisme consulaire (Chambres des métiers, Chambres de Commerce et d’Industrie, Chambres d’agriculture) dont relève l’entreprise enregistre le contrat et la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) valide cet enregistrement.
* Le CFA organise la formation et en assure l’exécution et le suivi.